Risques pour l'appareil digestif

L'oesophage

Inflammation de l'oesophage

Cette inflammation est également appelée oesophagite. L'oesophagite provoque des brûlures lors de l'ingestion d'aliments, d'alcool ou de liquides chauds. En l'absence de traitement médical et si l'alcoolisation persiste, l'oesophagite peut évoluer en ulcère chez les personnes alcooliques. A long terme, elle peut se compliquer d'un cancer.

Sur l'image, le saignement apparait en noir.

erosion_oesophage.jpg
Oesophagite (inflammation)
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]


erosions_estomac.jpg
Oesophagite érosive
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

Cancer de l'oesophage

Le risque de cancer de l'oesophage est fortement associé à la prise d'alcool. Les grands buveurs courent un risque 10 fois plus important de développer un cancer de l'oesophage que les abstinents complets. Les grands buveurs et fumeurs courent un risque 35 fois plus élevé que les non-fumeurs abstinents. Le risque serait un peu plus grand chez les buveurs d'alcools forts que chez les consommateurs de vin et de bière.
Source: Alcoweb [liens externes]

oesophage_cancer_epidermoide2.jpg
Cancer épidermoide de l'oesophage
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

oesophage_cancer_epidermoide.jpg
Cancer épidermoide de l'oesophage
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]


L'estomac

L'alcool est la première cause d'inflammation aiguë de l'estomac (gastrite aiguë érosive).
Les modifications chroniques de la muqueuse (gastrite chronique) interfèrent avec l'absorption de certaines substances et vitamines (notamment la vitamine B12).
Ces troubles précèdent le cancer de plusieurs années.

jonction_gastro-oesophagienne_adenocarcinome_ulcr.jpg
Adénocarcinome de la jonction
gastro-oesophagienne
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

estomac_adenocarcinome_2.jpg
Adénocarcinome de l'estomac
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]


Le pancréas

L'alcool peut également causer des inflammations du pancréas.

Pancréatite aiguë

La pancréatite aiguë, affection extrêmement douloureuse, peut survenir par toxicité directe de l'alcool dans un cas d'abus massif de cette substance. Elle est mortelle dans près d'un cas sur cinq.

Sur l'image, constatez la nécrose du pancréas en brun-noir.
pancratite_aigue.jpg
Pancréatite aigüe
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

Pancréatite chronique

Les pancréatites chroniques, d'évolution lente, surviennent dans un contexte d'abus d'alcool. On observe une baisse de la fonction du pancréas qui peut entraîner notamment du diabète et des diarrhées chroniques.



Le foie

Les effets de l'alcool sur le foie sont les plus connus. L'alcool est métabolisé au sein de cet organe, à la cadence de 10 grammes par heure environ. On observe des lésions réversibles par surcharge (stéatose), des lésions d'inflammation (hépatite alcoolique), et à long terme des lésions irréversibles caractérisées par une désorganisation de la structure et de la fonction de cet organe essentiel, qui entraînent des conséquences dans l'organisme tout entier: c'est la cirrhose du foie.

La stéatose

C'est un état réversible, lié à la consommation aiguë d'alcool. Les cellules du foie se chargent de gouttelettes de graisse qu'elles ne peuvent évacuer. Le foie est boursouflé et adopte une teinte caractéristique de foie gras (en bas à droite sur l'image).

foie_normal_et_statose.jpg
Foie normal (à gauche) et stéatose (à droite)
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

L'hépatite alcoolique

C'est une inflammation due à la toxicité aiguë de l'alcool pris en grandes quantités. Isolée, elle peut être réversible.

La cirrhose

La cirrhose est une maladie évolutive, qui s'installe progressivement. Une fois installée, elle est irréversible. La poursuite de la consommation d'alcool accélère son évolution.

La désorganisation de la structure du foie entraîne un obstacle au filtrage du sang en provenance des intestins. Il se forme des varices (gonflement des vaisseaux sanguins qui arrivent au foie) à différents endroits, qui peuvent saigner abondamment, notamment au niveau de l'oesophage. Les troubles de la coagulation du sang en rapport à la défaillance du foie aggravent ces situations.

Le cancer du foie

Le cancer du foie (hépatocarcinome) vient compliquer la cirrhose dans un tiers des cas.

foie_cirrhose_et_carcinome.jpg
Cirrhose et hépatocarinome (au niveau des flèches)
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

foie_cirrhose_micronodulaire_due__lalcool.jpg
Cirrhose micronodulaire due à l'alcool
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

foie_cirrhose_macronodulaire_et_carcinome.jpg
Cirrhose macronodulaire et hépatocarcinome
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]


La bouche et le pharynx

Caries dentaires et usure dentaire

Les personnes dépendantes de l'alcool perdent plus de dents que les autres. Une usure dentaire généralisée a été observée. Les vomissements répétés provoquent une usure des incisives en particulier. Les régurgitations acides pourraient faciliter la dégradation des dents.

Parodontite

L'inflammation généralisée des gencives est très fréquente chez les gros consommateurs d'alcool.

Cancer

"Les publications scientifiques font état depuis longtemps de la relation entre cancer et consommation d’alcool. Ainsi, le lien entre consommation d’alcool et cancer des voies aéro-digestives supérieures (cavité buccale, pharynx, larynx et oesophage) est établi de manière indubitable. Le lien entre la consommation d’alcool et le cancer du foie est également démontré, tandis que la relation alcool et cancer du sein d’une part, cancer rectal d’autre part, semble probable. Par contre, il n’existe aucune preuve formelle du lien entre la consommation d’alcool et le cancer de la vessie et aucun lien n’a été établi entre consommation d’alcool et cancer de l’estomac, du pancréas, de la prostate ou des reins" (Richard Müller, ISPA)

Le cancer de la bouche et le cancer du pharynx sont très associés à la consommation de tabac et d'alcool. Pour les grands buveurs et fumeurs, le risque de cancer de la bouche et du pharynx est 37 fois plus élevé que pour les non-fumeurs non-buveurs.

Les grands buveurs non fumeurs encourent un risque de cancer 6 fois plus important que les abstinents complets.
Pour la bouche, le risque de cancer spinocellulaire est de 10 a 15 fois plus élevé chez les buveurs excessifs par rapport aux consommateurs modérés. Tous les types de boissons alcoolisées sont incriminés. Les adeptes des bains de bouche présentent aussi un risque de cancer de la bouche accru.
Source: Alcoweb Manuel UICC (Union Internationale Contre le Cancer) [liens externes]

pharynx_cancer_epidermoide.jpg
Cancer de l'hypopharynx touchant l'épiglotte
NB : On aperçoit la base de la lague (en haut à gauche)
Source: http://pathorama.ch/ [liens externes]

 

bandeau bottom
 

Documentation

aperoipsa

Brochures - Livres - Video

www.stop-tabac.ch

http://www.stop-cannabis.ch
logo